Les bases du netlinking pour votre PBN

Les bases du netlinking pour votre PBN

  • Un « PBN » est une liste de sites qui appartiennent à une même personne (tout simplement).
  • Un « money-site » est votre moyen de générer du business via le web. Il peut s’agir de :
    • votre e-commerce
    • votre site de présentation d’entreprise
    • une page de téléchargement de votre application
    • votre chaîne YouTube
    • etc.
  • Pour être plus visible sur Google, votre money-site doit recevoir des liens de la part d’autres sites (technique SEO de netlinking).
  • Disposer d’un PBN est un moyen d’obtenir facilement des liens.

Dans cet article, je vais vous expliquer :

  • Pourquoi les liens permettent à un site d’être plus visible sur Google ?
  • Comment trouver des noms de domaine expirés ?
  • Comment créer des sites pour faire des liens vers votre money-site ?

Voyons tout ceci en détails 🙂

Qu’est ce qu’un PBN (Private Blog Network) ?

Les SEO ont une fâcheuse tendance à l’anglicisme 😅 Pas d’inquiétude, vous allez voir qu’il n’y a rien de sorcier dans toute cette histoire…

Un Private Blog Network (PBN pour les intimes 😉 ) est une liste de sites appartenant à une même personne, tout simplement !

A quoi ça sert ?

Il y a 3 grandes raisons de créer un PBN :

  1. Améliorer la visibilité d’un money-site en lui faisant des liens. Il s’agit alors d’une technique de netlinking (ce dont traite cet article).
  2. Gagner de l’argent en vendant ou en louant des liens à d’autres personnes (voir cet article).
  3. Drainer des visiteurs qualifiés vers votre money-site (voir cet article).

La base : le PageRank

Avant de vous lancer dans le netlinking via votre PBN, vous devez connaître les principes de bases de l’un des algorithmes les plus importants de Google : le PageRank. Cet algorithme est déterminant car il influence grandement le classement des sites dans les résultats de recherche :

  • Google calcule pour chaque page du web un nombre de « points de confiance ».
  • Plus une page a de « points de confiance », plus elle est susceptible d’être visible dans les résultats de recherche de Google.
  • Lorsque qu’une page fait un lien vers une autre page, elle transmet une part de ses « points de confiance » à cette autre page. Chaque lien transmet une part égale de ses « points de confiance ». Par exemple, si une page qui a 10 « points de confiance » fait 1 lien vers une page A et un lien vers une page B, alors elles bénéficieront chacune de 5 « points de confiance » supplémentaires.
  • Donc, plus une page reçoit de liens de la part d’autres pages (les backlinks), plus elle est susceptible d’être visible sur Google.

Ceci est vraiment un GROS résumé. La compréhension complète du PageRank et de toutes les subtilités dont il fait l’objet pourrait être un sujet de thèse à part entière 😅

Voici l’illustration (ultra-classique) du PageRank de Wikipédia. Comme vous pouvez le voir, plus une page reçoit de liens de la part d’autres pages, plus elle est heureuse :

Si vous préférez, c’est exactement le même principe qu’une recommandation : un site qui fait un lien vers un autre le « recommande ». Plus un site aura de recommandations, plus Google considèrera que celui-ci est une référence dans son domaine et qu’il a de l’autorité.

C’est là que votre PBN intervient ! Si vous disposez de plusieurs sites, vous pouvez créer facilement des liens vers votre money-site afin de l’ériger en référence dans sa thématique. Chaque nouveau lien est alors susceptible de le faire monter dans les résultats et (pourquoi pas ?) atteindre la première position sur les mots-clés et les intentions de recherche que vous visez.

Ca y est, vous vous dites « chic je vais monter un PBN pour booster mon money-site » ? Attention car l’opération nécessite un travail en amont pour pouvoir obtenir le résultat tant recherché.

Comment vous constituer un PBN qui draine des « points de confiance » ?

Pour constituer votre PBN, vous allez devoir créer des sites. Vous pouvez les faire à partir :

  1. de noms de domaine neufs.
  2. de noms de domaines (NDD) expirés (c’est à dire des noms de domaine qui ont déjà été utilisés par le passé), afin de bénéficier de leurs « points de confiance » antérieurs.
  3. de sites déjà en ligne que vous achetez à leurs propriétaires.

1) Créer un site à partir d’un nom de domaine neuf

Vous avez décidé de monter les sites de votre PBN en partant de zéro ? Vous voulez avoir la main sur tous les éléments de votre PBN ? Si le travail ne vous fait pas peur et que vous n’êtes pas particulièrement pressé, vous pourrez alors créer vos sites à partir de noms de domaines neufs.

La création de sites à partir de noms de domaines neufs offre plusieurs avantages :

  • Vous pouvez choisir finement le nom de domaine (avec ou sans mot-clé) et son extension (.fr, .com, .net..).
  • Vous pouvez réserver instantanément les noms de domaine.
  • Vous avez la maîtrise de l’historique (forcément vu qu’il est vierge).

Si vous optez pour cette technique, il vous faudra alors acquérir des backlinks pour chacun des sites constituant le PBN afin qu’ils acquièrent une autorité, qu’ils seront à même de transmettre au site principal via des liens.

Partir sur des domaines neufs permet de tout maitriser de A à Z, mais c’est énormément de travail.

On se va pas se mentir, obtenir des liens sur ces nouveaux sites ne sera pas facile et/ou coûtera cher (mais c’est faisable). Si vous souhaitez transmettre rapidement des « points de confiance », mieux vaut opter pour un nom de domaine expiré qui dispose déjà d’une certaine autorité afin de gagner du temps !

2) Créer un site à partir d’un nom de domaine expiré

Vous voulez profiter d’une autorité déjà établie ? Les noms de domaine expirés seront alors de précieux alliés dans votre stratégie SEO.

Les noms de domaines expirés sont ceux qui n’ont pas été renouvelés par leur précédent propriétaire et qui sont donc de nouveau disponibles.

Les avantages de recourir à un NDD expiré pour monter les sites d’un PBN sont de bénéficier :

  • D’une autorité et d’une notoriété préétablies.
  • D’un historique thématisé.
  • De backlinks déjà existants.

Il ne vous reste plus qu’à partir à la chasse aux NDD expirés !

Petite pub newsletter 🙂

Vous avez déjà lu une bonne partie de cet article, j’ai l’impression qu’il vous intéresse 👍

Au fait, je m’appelle François Tréca. Je publie de temps à autre des articles et/ou des vidéos au sujet des PBN, du SEO, du web, de la productivité, du marketing… Je fais de mon mieux pour produire des contenus de qualité (ça attire toujours les clients).

Si ces sujets vous intéressent, je vous invite à vous inscrire à ma newsletter pour ne pas rater mes prochaines publications. C’est gratuit (je monétise avec mes prestations) et, promis, vous ne serez pas spammé (c’est contre-productif 😉 ).

Fin de la pub, vous pouvez reprendre tranquillement votre lecture ♥️

Les 3 méthodes pour trouver un NDD expiré

Il existe 3 méthodes pour trouver un NDD expiré :

  1. Les plateformes spécialisées
  2. Le crawl maison
  3. Le snap

Pas de panique, je vais vous expliquer tout ça 😉

1) L’achat sur une plateforme spécialisée

C’est la méthode la plus facile ! Pour trouver des noms de domaine expirés sans trop vous prendre la tête et sans ruiner toutes vos soirées, il vous suffit de vous tourner vers des plateformes spécialisées telles que Domstocks, PBN Premium, Expired Pack, YouDot

Un exemple de plateforme de vente de noms de domaine expirés : Domstocks

2) Le crawl maison

Rassurez-vous, pas besoin d’enfiler le maillot de bain ! Le crawl est une technique qui consiste à parcourir des sites qui ont une grande notoriété, par exemple les sites de journaux (le Monde, le Figaro, Libération ou encore Picsou magazine) et d’analyser leur contenu.

Derrière ce charmant anglicisme (encore !) se cache en réalité un concept assez simple. Il s’agit, à l’aide d’un outil dédié tel que Xenu (gratuit) ou Screaming frog (payant), d’analyser les liens émis par le site et de repérer ceux qui sont cassés. Certains liens cassés pointent vers des sites dont le nom de domaine a expiré. Pour savoir si ils sont disponibles, rien de plus simple : il vous suffit d’entrer la liste des NDD dans Internet BS (ou n’importe quel autre registrar) et de vérifier s’ils sont effectivement disponibles.

L’idée de cette technique, quelque peu artisanale, est de profiter du lien émis par le site de notoriété vers le domaine expiré. Je ne vais pas vous cacher que cette méthode est fastidieuse…

Résultat d’un crawl de site avec Xenu.

3) Le Snap

Vous êtes plus rapide que votre ombre ? Alors cette méthode est faite pour vous ! Le Snap est une technique de petit filou, qui consiste à être plus rapide que les autres pour repérer les noms de domaines sur le point d’expirer et les réserver dès qu’ils « tombent ». A moins d’être le meilleur tireur du Far West, il est impossible de snaper un nom de domaine manuellement, vous devez passer par des plateformes spécialisées tel que KifDom, YouDot, DomExpire, DomainOrder, CatchTiger

Cependant, vous vous en doutez, plus le NDD est intéressant, plus la concurrence est dense. Bon nombre de plateformes, de domainers (les spécialistes des noms de domaine) ou de SEO se lancent à la chasse de ces NDD sur le point d’expirer pour pouvoir les exploiter eux-mêmes ou les revendre au plus offrant.

Conseils pour choisir un bon expiré

Attention cependant, ce n’est pas le tout de trouver un NDD expiré… En effet, un mauvais NDD expiré peut complètement vous desservir et plomber votre site principal. Il convient donc de savoir choisir un bon NDD.

Un bon NDD expiré doit :

  1. Ne pas vous faire courir de risque juridique.
  2. Ne pas être spammé.
  3. Avoir de l’autorité et être populaire.
  4. Avoir été dans votre thématique.

1) Evitez les problèmes juridiques

C’est une chose importante à vérifier car ça pourrait vite vous coûter très cher. Il est donc nécessaire de veiller à ne pas acheter un domaine contenant le nom d’une société existante, d’une personne physique ou d’une marque. Evitez donc les noms de domaines expirés tels que « Sac-hermes.com » ou encore « Gérard-Depardieu.org ». Une simple recherche sur Google permet souvent de déterminer rapidement si un nom de domaine correspond à une marque ou à une personne. Pensez aussi à faire une recherche sur le site de l’INPI pour savoir si le nom de domaine ne correspond pas à une marque déposée.

Par ailleurs, notez qu’un nom de domaine composé de « [nom d’une ville].fr » doit impérativement être déclaré auprès de l’AFNIC pour recevoir l’autorisation d’être exploité.

Non, le web n’est pas le Far-West. Vous ne pouvez pas faire n’importe quoi.

2) Vérifiez si le nom de domaine a été spammé

Il n’est pas rare qu’un NDD ait déjà eu plusieurs vies et qu’il ait été utilisé de manière peu scrupuleuse par certains référenceurs Black Hat (Ouh les vilains !) afin de monter des sites de contrefaçons ou des « fermes à liens ». Il y a fort à parier que Google, n’aimant pas (mais alors pas du tout) ce type de pratiques, y ait apposé une pénalité manuelle ou algorithmique. Afin d’éviter d’acquérir un NDD pénalisé, deux éléments sont à vérifier.

Ancien contenu illégal ou spammy

Un site dont le contenu est illégal (ou douteux) fait sans doute l’objet d’une pénalité Google. Il est donc important de vérifier l’historique du NDD, avec un outil comme Way Back Machine par exemple. Si vous constatez qu’au cours de son existence le NDD qui vous intéresse a été un site de e-commerce spécialisé dans la contrefaçon, un site pornographique ou contenant des textes douteux alors réfléchissez bien avant de le réserver.

Exemple de nom de domaine qui a été utilisé pour vendre des contrefaçons.

Il est également déconseillé d’acquérir un domaine qui était en français ou en anglais, puis qui a servi plus tard à accueillir des sites russes, japonais ou encore chinois. Il s’agit presque systématiquement de spam.

Les liens spammy

La deuxième étape est de vérifier si le NDD n’a pas été spammé en netlinking. Pour ce faire, vous devez étudier les liens qui pointent vers le nom de domaine, notamment :

  • le contenu des sites
  • les ancres de liens

Des outils tels que Ahrefs, Majestic ou SEObserver permettent d’obtenir ces informations rapidement.

Ainsi, il convient d’éviter :

  • Les liens qui contiennent des ancres sans rapport avec le sujet. Un lien « Viagra pas cher » sur un site qui s’appelle « Conseiljuridique.org » sera par exemple un indice que le NDD a été spammé.
  • Les liens dont les ancres sont trop optimisées. Ce sera par exemple le cas d’un site qui possède 50 liens sur 60 avec la même ancre. Google n’aime pas trop la sur-optimisation des liens et il peut vous le faire payer.
  • Les liens qui proviennent tous d’un même PBN (pas bien caché). Si vous réussissez à vous rendre compte que c’est un PBN alors Google aussi.
Un exemple de nom de domaine ayant un profil de liens spammé.

Note : J’ai rédigé un article qui donne plus de détails sur ces points sur mon blog personnel.

3) Evaluez l’autorité et la popularité du NDD

Pour évaluer l’autorité d’un NDD expiré, il est nécessaire d’évaluer l’autorité et la popularité des pages qui font des liens vers lui. Cette évaluation étant particulièrement complexe à réaliser soi-même, des indicateurs sont proposés par des outils tels que Majestic (Trust Flow et Citation Flow) ou Moz (Domain Authority). Ils nous donnent ainsi une idée de l’autorité et de la confiance que le grand Google accorde aux backlinks de ce site.

Le Trust Flow

Le Trust Flow est un indicateur (sur une échelle de 100) qui tente d’estimer le nombre de « points de confiance » que Google accorderait à une page (Google ne fournit pas cette information). Il « copie » donc l’algorithme du PageRank pour faire cette estimation, c’est à dire sur l’autorité des liens qui pointent vers un site.

Ce site a 19 de TF, c’est déjà pas mal.

Euh, vous pourriez la refaire en français ?

C’est assez simple en réalité, pas de panique 😉

Imaginez que vous possédiez un compte sur un des réseaux sociaux à la mode (Twitter par exemple) et que ce compte est suivi par Zinedine Zidane, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi (3 grands joueurs de football). Si ces 3 personnalités, dont l’autorité est reconnue dans leur domaine, s’intéressent à vous, cela signifie que vous êtes, a priori, une personne remarquable dans le football.

Eh bien Google fonctionne de la même façon pour analyser les backlinks d’un site. Si des liens du Monde, du CNRS et du Ministère de la Culture pointent vers votre site, alors Majestics estimera que celui-ci est digne de confiance et vous donnera un Trust Flow élevé.

Le Citation Flow

Le citation Flow, quant à lui, est un indicateur de popularité (aussi sur 100). Un Citation Flow élevé signifie que beaucoup de liens pointent vers votre site.

Ce site a 29 de Citation Flow, pas mal aussi.

Pour revenir à notre exemple de Twitter, grosso modo, cela signifie que vous avez beaucoup d’abonnés mais que ces personnes n’ont pas forcément une autorité reconnue dans quelque matière que ce soit (par exemple, des hordes d’adolescents). Dans ce cas là, le PageRank estimera que votre site est populaire, c’est le citation Flow.

S’il est possible d’avoir un bon citation flow et un trust flow médiocre (et inversement), il peut aussi arriver que les deux indicateurs soient excellents. Dans ce cas : BANCO !

La « flamme » de Majestic est une représentation graphique du TF et du CF d’un site.

Mais attention, gardez à l’esprit que tous les indicateurs qui ne proviennent pas de Google ne sont que des estimations et qu’ils sont très faciles à manipuler (je vais d’ailleurs vous expliquer comment faire un peu plus bas).

4) La thématique

Enfin, le top du top est de trouver un NDD ayant traité de la même thématique que celle de votre money-site (ou une thématique annexe). Par exemple pour votre site sur le Kazoo essayez de trouver un nom de domaine tel que « mon-beau-kazoo.com » ou « instrument-a-vent.fr ».

Une fois tous les indicateurs au vert, vous pourrez alors envisager de développer une stratégie PBN pour drainer des « points de confiance » vers votre money site.

Exemple de site de PBN pour transmettre des « points de confiance » à votre money site

Une fois les noms de domaine acquis pour mettre en place votre PBN, il convient de savoir quel type de sites monter. Ici, je vais vous expliquer le modèle le plus simple : le site monopage qui est une base solide pour transmettre des « points de confiance ». Evidemment, il est tout à fait possible de s’amuser un peu en concevant des modèles beaucoup plus sophistiqués 😉

Un site monopage

Pour drainer du jus d’un site vers un autre, il n’y a pas besoin de couper les cheveux en quatre : un site basique constitué d’une seule page peut largement suffire. Il vous suffit alors de placer un lien dans cette page vers votre money-site.

L’optimisation du contenu

La thématique du site de PBN doit surtout être bien comprise par Google. Il convient donc de rédiger sur le site, un article d’environ 1500 mots en lien avec le sujet de votre money-site. L’idée est surtout que Google comprenne que ce site parle de la même chose que votre site principal. Pour ne pas vous prendre la tête outre mesure avec la rédaction et l’optimisation des contenus des sites du PBN, vous pouvez solliciter l’appui d’un rédacteur web via une plateforme (Bulldoz par exemple, c’est une plateforme de rédaction que j’ai créé ☺). Pour être certain que le contenu de votre page est en adéquation avec le mot-clé ciblé, utilisez un outil comme 1.fr (j’ai rédigé un article sur cet outil) ou YourText.guru.

La quantité suffisante

« Oui mais c’est quoi le bon nombre de sites ? ».

Sur ce coup là nous allons vous donner une réponse de normand… ça dépend ! Lorsque vous montez un PBN, 5 sites peuvent suffire. En réalité, ça dépend de vos concurrents directs. Par exemple : si votre concurrent dispose de liens provenant de 100 sites, alors ayez-en 101 (et qui disposent d’autant de « points de confiance ») ! Après, rien ne vous interdit d’en faire 15 fois plus que vos concurrents pour vous assurer une place de leader.

Conclusion

En résumé, un Private Blog Network est une liste de sites qui appartient à une même personne. Un PBN peut avoir 3 objectifs différents :

  • Améliorer la visibilité d’un money-site en faisant des liens vers le money site, il s’agit alors d’une technique de netlinking.
  • Gagner de l’argent en vendant ou en louant des liens.
  • Drainer des visiteurs qualifiés vers votre money-site.

Pour transmettre des « points de confiance », votre PBN doit être constitué avec des noms de domaine adaptés :

  • Ils sont expirés.
  • Ils ne vous font pas courir un risque juridique.
  • Ils n’ont pas été spammés.
  • Ils ont de l’autorité et/ou de la popularité.
  • Ils sont dans votre thématique.

Vous pourrez ensuite mettre en place la stratégie SEO idéale pour drainer du jus vers un money-site, comme par exemple, monter des sites monopages ayant un contenu optimisé pour Google pour dépasser les concurrents directs.

Vous voilà désormais prêt à monter un PBN pour améliorer le référencement naturel et booster la visibilité de votre site sur Google 🙂

Besoin d’aide ?

Je propose une prestation de création de blogs de PBN, n’hésitez pas à me contacter pour en bénéficier 😉

Je commande mon
Site de PBN

Pour aller plus loin

Hélas, cet article est insuffisant pour traiter toutes les subtilités de la « transmission de confiance » via un PBN. Vous devriez aussi vous intéresser aux points suivants :

  • L’importance de l’ancre d’un lien pour le référencement naturel.
  • L’impact des différents emplacement des liens sur un site (dans le texte, dans la colonne latérale, dans le pied de page…).
  • La contextualisation des liens, c’est à dire le texte qui entoure le lien.
  • Le choix des pages qui recevront les liens : page d’accueil ou page interne ?